Au jardin

« Les âmes sont comme les plantes, il faut les cultiver pour qu’elles deviennent elles-mêmes »

La graine des Madeleines Enracinées

Les Madeleines Enracinées est un projet de l’association ENDAT qui travaille à l’accompagnement thérapeutique de personnes souffrant de Troubles du Comportement Alimentaire (TCA). Créée en 2008 par un groupe de médecins, cette association Loi 1901 est reconnue d’intérêt général et accueille 350 patients par an. Sur le chemin de l’équilibre alimentaire, 60 personnes travaillent à proposer divers ateliers à visée thérapeutique. Pour une prise en charge globale, ceux-ci multiplient les approches : nutritionnelle, psychologique, corporelle, philosophique et insertion professionnelle.

En 2016 elle s’intéresse aux vertus thérapeutiques des espaces verts, notamment aux jardins potagers, puis lance une expérience sur quelques mètres carrés de terre parisienne. Les résultats positifs et les retours enthousiasmés des patients ont poussé ENDAT à investir à Nanterre pour y développer un jardin de soin en permaculture. Mai 2017 a vu arriver les tonnes de terre pour la culture hors sol de 850 mètres carrés de potager. Depuis cette date les Madeleines Enracinées aménagent son jardin en vue d’accueillir des patients, les accompagnant sur le chemin de la guérison en passant par une meilleure compréhension de leur maladie et recréer un lien plus sain avec leur alimentation.

Depuis 2018 Les Madeleines travaillent à prévenir les troubles du comportement alimentaire auprès de scolaire. Elles lancent alors un projet pilote de sensibilisation à travers la pratique de l’agroécologie et de la cuisine. Des classes d’écoles locales travaillent sur des parcelles dédiées.

Riche d’un potentiel extérieur exceptionnel pour un contexte urbain dense, le jardin étend ses activités et s’ouvre à de nouveaux publics pour continuer la sensibilisation et partager sa philosophie et sa ressource. Il propose alors à toutes formes de professionnels de la santé de pratiquer des consultations médicales selon les principes de l’écothérapie. Il s’ouvre également aux entreprises qui peuvent s’investir le temps d’une journée de solidarité ou de teambuilding. Ces journées sont un moyen de souder les équipes en développant leur lien par l’engagement dans un projet commun.

Le jardin de soin

Le jardin thérapeutique s’inscrit dans le parc de 6000 mètres carrés du Château Etic. Celui-ci occupe une ancienne usine de dentifrice et d’alcool de menthe entièrement rénovée. Le gestionnaire Etic favorise une transformation des pratiques entrepreneuriales et une gestion plus durable et accessible des espaces de bureau. Le Château de Nanterre accueille alors des entreprises de l’économie sociale et solidaire dédiées à la transition alimentaire sous toutes ses formes.

Dans ses enceintes s’étend un jardin de 6000 mètres carrés, c’est dans cet espace incroyable qu’a poussé le potager thérapeutique sur 850 mètres carrés. Celui-ci se divise en parcelles aux vocations différentes, il accueille des fruits, des légumes et des fleurs. Ses couleurs et son aspect sauvage participent à créer dans ce lieu exceptionnel une atmosphère relaxante loin du tumulte de la vie urbaine.

Le contact à la nature offre des bénéfices aux patients en récupération. Les expériences multisensorielles ouvrent aux dialogues et stimulent tout en favorisant le partage et le lien social. Les jardins de soin sont utilisés dans les thérapies comme un moyen de délier la parole et de valoriser le patient. Selon Paul Shepard, philosophe environnementaliste, le jardin permet de faire l’expérience de notre présence dans le monde vivant et la relation au végétal renvoie à la relation à l’autre. Cette pratique, quasi-inexistante dans le cas de thérapies liées aux TCA, rencontre d’excellents retours des patients l’ayant essayé. Les patients deviennent acteurs de leur thérapie, ils passent de soignés à soignant dans le potager auprès des plantes. Pour cette raison ENDAT développe son jardin de soin et lie son engagement aux enjeux de transition « vers l’alimentation durable ».

Le terreau philosophique

La permaculture

Le terme provient de la contraction de « permanent » et « agriculture », il renvoie alors à la notion d’agriculture durable en opposition à l’agriculture moderne motorisée et chimique. Le terme est théorisé dans les années 1970 par Bill Mollison et David Holmgren, deux universitaires australiens.

Ce mode de culture tend à développer un système de production assurant la préservation de l’environnement et ses ressources tout en garantissant la satisfaction des besoins alimentaires vitaux.

Pour ce faire cette technique s’appuie sur les interactions écologiques naturelles et cherchent à créer des synergies positives entre différentes espèces et sur de petites surfaces. Les plantes associées interagissent en se portant des bénéfices qui favorisent une bonne croissance en se protégeant des petites attaques extérieurs.

Ce mode de production naturelle est entretenu par la main de l’Homme et exclu l’utilisation de machines ou d’intrants chimiques. Seule la force et les propriétés bio-chimiques naturelles des techniques anciennes sont utilisées pour remplacer engrais ou désherbants.

Le respect des cycles et des processus naturels favorisent une biodiversité spontanée sur le site qui s’inscrit dans une logique plus globale visant son augmentation en ville. Cette biodiversité spontanée comme cultivée accroît la résistance et la résilience des plantes face aux risques divers, sécheresse, insectes ravageurs…

 

Bien-être

Pour les Madeleines Enracinées la pratique de la permaculture s’associe naturellement à sa démarche de santé. La recherche d’autonomie et d’équilibre du mode de culture potagère fait écho aux objectifs thérapeutiques d’ENDAT. En accord avec la philosophie de la permaculture, l’association offre en ce lieu un terrain propice à l’instauration d’une relation harmonieuse, équilibrée et durable entre l’Homme et l’écosystème.

 

Partage

Le principe de participation et d’ouverture au public cherche à générer du lien social au sein du lieu et dans la ville et ses alentours. Il favorise la rencontre et l’échange autour d’un projet humaniste et écologique visant le bien-être individuel et collectif.